top of page
Rechercher
  • Danny Kahekwa

Club des Amis Mondiaux : éducation et activité en matière de conservation pour la prochaine


S'il y a interdépendance entre faune et flore, quel avenir pour les aires protégées de la RDC ? La chasse est souvent considérée comme une activité illégale dans certains villages bordant les zones de conservation. Dans la zone de basse altitude du Parc National de Kahuzi-Biega, précisément à Kalonge, la viande de brousse est la seule à fournir à cette population des protéines animales et c'est aussi une activité lucrative. La pratique de la conservation participative est envisageable mais loin d'être réalisée.

Quelle méchanceté vis-à-vis de la nature, sachant que l'homme fait partie de cette même nature, comment peuvent-ils commencer à couper leur propre branche qui les soutient ? Malgré les menaces du changement climatique, l'agriculture et l'exploitation forestière persistent dans les zones de conservation de la RDC. Pensons-nous que ceux qui brûlent la forêt ou coupent les arbres font leur restauration après coup ?

Nous qui avons encore cette conscience, comment faisons-nous face à ce genre de

situations ?

Suite aux explications et informations de la Pole Pole Foundation, la nouvelle génération de communautés riveraines du PNKB, s'intéresse à la conservation de la nature et refuse de suivre les traces de leurs prédécesseurs qui ont donc été blâmés pour la destruction de la faune et de la flore de cette zone protégée.

Le Global Friends Club lors d'une visite guidée dans le village de Miti à environ 7 km du PNKB. A travers cette visite, le Club a compris les méfaits de la chasse et de la consommation de viande de brousse ainsi que l'importance de l'élevage d'animaux domestiques. A la fin de la visite, chaque enfant et membre du Club était convaincu de la nécessité d'élever son propre bétail, bannissant la destruction du PNKB par la chasse.

Nous avons raison de le faire. Jeunes filles et garçons tous derrière la conservation de la nature. Notre objectif est d'éradiquer toutes les activités illégales de la génération précédente dans le parc national de Kahuzi-Biega et d'introduire pleinement la conservation participative. Nous savons tous que ce n'est pas une tâche facile, mais ensemble, nous le pouvons.

Oui, nous pouvons!

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page